Lors d’un mariage, si les mariés sont les stars du jour, il ne faut pas oublier toutes les petites mains qui aident à la préparation du grand jour. En coulisses, pendant plusieurs mois, le témoin possède un rôle très important et pas toujours évident.

On le sait tous : organiser un mariage, « c’est de l’ordre et de la méthode ». Si beaucoup font appel à des wedding planners, certains couples décident de tout faire par eux-mêmes et de travailler main dans la main avec leurs témoins, en particulier celui ou celle de la mariée, comme cela a été le cas pour Christine. Témoin et aussi demoiselle d’honneur au mariage de sa meilleure amie, elle a passé de longs mois et de longues nuits à s’assurer que tout soit parfait pour la future mariée. « Je l’ai aidée à choisir sa robe, on a fait beaucoup d’essayages et on s’est même entraîné à lacer la robe pour le jour J. J’ai également pris des congés avant le mariage pour tout finaliser, faire les sacs de dragées et décorer la salle » explique Christine.

Se transformer en organisatrice n’est pas chose facile ; il faut penser à chaque détail et tenter de résoudre les galères qui pourraient arriver.

« Pour la cérémonie laïque, un des invités était coincé à Tontouta et on ne pouvait pas commencer sans lui, car c’était le chanteur. On a dû décaler le cocktail pour le faire avant la cérémonie pour que les gens puissent manger et boire quelque chose. On a attendu plus d’une heure qu’il arrive » se souvient Christine.

Soutien moral

Hormis la casquette d’organisatrice, le témoin se doit naturellement de soutenir moralement la mariée, notamment dans les moments de panique. « J’ai dû supporter son stress, en plus du mien. Il m’est arrivé de craquer une fois chez moi, mais pas devant elle. Je suis quelqu’un qui prend les choses très à cœur et la barre était haute. J’ai toujours la volonté de vouloir trop bien faire » confie Christine. Et il est d’autant plus compliqué lorsque le témoin doit aussi organiser le rituel de l’enterrement de vie de jeune fille. Challenge : faire en sorte de trouver des activités qui conviennent à toutes, en tenant compte des différents budgets, sans froisser personne. Autant dire que là encore, Christine a relevé un gros défi. « Nous étions quinze filles, entre 20 et 60 ans. Il a fallu trois mois pour tout organiser » se souvient-elle. Même si elle a vécu une expérience riche en émotions, Christine confie qu’elle n’hésiterait pas à le refaire.

3 qualités essentielles du témoin :

– Avoir un bon agenda pour tout noter

– Être disponible physiquement et moralement pour la mariée

– Savoir gérer la pression

Share This