Le gâteau de mariage dans l’histoire a, comme tous les symboles associés au mariage, lui aussi des origines anciennes. Dès l’Antiquité, on note la présence d’une pâtisserie symbolique pendant la noce.

À Rome
Il s’agit soit d’une galette ou d’un pain qu’on rompt sur la tête de la mariée. Ce geste symbolise la perte imminente de la virginité et est un gage de fertilité. Cette tradition a longtemps été associée aux mariages.

Au 17e siècle
La tradition la plus répandue était celle où les invités devaient créer une tour avec des gâteaux et des pâtisseries. Plus la tour était haute et plus les époux allaient être heureux.

Au 18e siècle
La tour de gâteaux prend une nouvelle forme : le gâteau à étages tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Au 19e siècle
Les premières pièces montées ont vu le jour sous les mains du chef Carême, un Français passionné. À l’origine, c’était une pyramide de fruits glacés qu’il liait avec du caramel, et avec lesquelles il réussit à créer des pièces imposantes.

Pour le symbole, à cette époque, le sucre représentait le bonheur et la prospérité, et partager cette denrée rare à l’occasion du dessert de mariage était un geste d’amour. Les jeunes filles célibataires ramenaient une part du gâteau comme gage de chance pour leur propre union future.

Aujourd’hui
Après le premier coup de couteau, la mariée se voit attribuer la première part de la pièce montée en gage de fertilité. Une autre superstition veut que tous les invités mangent de la pièce montée sous peine de porter malheur au nouveau couple.

La pièce montée
Elle est de plus en plus souvent remplacée par des wedding cakes originaux : montagne de cupcakes, de choux, de macarons, gâteau-plateformes diverses représentant un paysage, un monument, un instrument de musique, une fleur, un animal… Toutes les fantaisies sont permises, la seule limite, c’est votre imagination !

Share This